Etablissements médico-sociauxAutisme
Une force au service du plus fragile

Hors Normes, est vraiment hors normes !

Pourquoi ce film est-il vraiment hors normes ? tout d’abord parce que c’est la première fois que l’autisme est traité de cette façon au cinéma. C’est de l’autisme sévère dont les réalisateurs ont voulu parler. Celui qui n’est pas forcément très photogénique. Rien à voir avec la filmographie existante sur l’autisme.  « Rain Man » avait ouvert le bal suivi de « Forest Gump » ou encore plus récemment « Monsieur je sais tout ». Des portraits de personnes un peu à la marge très attachantes.

Ces portraits avaient permis de mettre en avant la naïveté sociale des personnes atteintes d’autisme.De faire comprendre au grand public que l’image de l’idiot du village n’était pas si juste que cela, sous réserve de se donner la peine de comprendre et de porter attention à l’autre pour ces deux premiers films, et une image un peu basique des établissements pour ce dernier film, ou l’établissement s’oppose de fait à la famille.

« Hors Normes » parle également des institutions, des établissements de leurs engagements de leurs limites, de leurs faiblesses. L’autisme sévère, car c’est ce type d’autisme au sein des très larges Troubles du Spectre Autistique (TSA) qui est présenté, nécessite une telle individualisation un tel engagement de chacune et chacun pour apaiser le quotidien de la personne, l’aider à comprendre, à se faire comprendre à intégrer des comportements socialement acceptables, avant de parler d’inclusion, voir même de sortir de la cellule familiale ou de l’enceinte de l’établissement.  C’est un travail de fond, laborieux, qui n’est réalisable qu’en établissement et parfois qu’au sein des familles. Pouvoir le faire c’est bien sûr disposer de moyens spécifiques, mais aussi de compétences singulières en interne et dans un réseau de proximité.

« Hors Normes » parle de celles et ceux dont on ne parle jamais, ces personnes atteintes d’autisme sévère et de déficience mentale, et de tous ces professionnels qui donnent sans compter. C’est pour cela qu’il faut voir ce film. « Hors Normes » pose une question de fond : quel est le projet de société pour ces personnes ? Ce public qui caractérise la quasi intégralité des personnes bénéficiant des RAPT (Réponses Accompagnées Pour Tous). Un dispositif certainement satisfaisant statistiquement, mais largement insuffisant humainement.

Enfin, on peut dire que ce film va  sur un terrain où aucun film n’était allé précédemment. C’est un peu comme le nouveau Projet Associatif de l’Ordre de Malte France : aller là où les autres ne vont pas !

autisme hors normes ordre de malte france